grand remplacement
1 vues

L’un des thèmes de campagne pour l’élection présidentielle a été la théorie du Grand Remplacement. Introduite par Renaud Camus il y a une dizaine d’années et largement répandue par l’extrême droite ensuite, en particulier par le candidat Eric Zemmour, cette théorie affirme que la population africaine (subsaharienne et du Maghreb) serait en train de remplacer petit à petit la population française et plus largement européenne.

Les exemples souvent données par les partisans de cette théorie sont des démonstrations que certains quartiers qui étaient « blancs » dans les années 60/70 seraient désormais bien plus « africanisés ». Mais cette démonstration manquant de sérieux scientifique, l’argumentation qui est apparue est celle de démontrer l’augmentation de certaines populations à certains endroits, certains quartiers, dans certaines villes.

Mais là encore, la démonstration manque de sérieux, car si on veut prouver une théorie démographique, il faut le faire de manière généralisée, au niveau du pays.

C’est sans doute partant de là que Islam 2 France propose une étude basée sur les prénoms donnés aux enfants nés en France. En croisant les données officielles fournies par l’INSEE et en classant chacun d’entre eux par origine, on peut facilement déduire de manière globale la répartition mais aussi l’évolution des naissances.

Les résultats de cette étude sont assez intéressants. On constate déjà que le prénom n’est pas tellement un marqueur d’appartenance à des origines pour les français étant donné que seul 1 enfant sur 5 nait avec un prénom français. La région d’origine a presque autant d’importance avec 18% de prénoms basques, bretons ou corses.

Lorsqu’on s’intéresse aux prénoms d’origine étrangère, on voit qu’ils sont très représentés :

  • 20 % de prénoms anglosaxons
  • 16,7% germaniques
  • 11% portugais
  • 10% hispaniques
  • 9% italiens

Mais surtout, lorsqu’on arrive à ce qui nous intéresse d’un point de vue de la théorie du Grand Remplacement, on constate que le nombre d’enfants aux prénoms musulmans n’est que de 11.4%, soit à peu près autant que les portugais. Serait on « grand remplacés » par les portugais aussi ?

Et ce qui reste la donnée la plus intéressante, c’est surtout l’évolution bien sûr. L’étude révèle que ces prénoms arabo-musulmans sont en fait en recul de 0,5% en 2021.

Donc la population pointée du doigt par le grand remplacement se réduit. C’est mathématique. Lire l’étude

Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.