Dans sa large interview dans France Football de mardi, Sidney Govou est revenu sur son expérience en Grèce, qui explique aussi sa volonté de quitter le Pana et de se relancer avec l’ETG :

C’était dur. Ce n’était plus possible. Je le dis maintenant que j’ai résilié, mais s’il avait fallu continuer, je l’aurais peut être fait. Mais ç’aurait été difficile. Je suis quand même bien content que tout ça soit terminé.

La mentalité des gens au club était spéciale. Pas les supporters. C’est sûr que parfois, ils peuvent être excessifs, mais ce n’est pas au point de ce qu’on peut lire partout. C’est la mentalité interne au club qui est très difficile. Avec les dirigeants et certains anciens joueurs grecs aussi. Je n’était pas du tout en phase. Aujourd’hui, quand je regarde en arrière et que je fais le bilan, je me rends compte que ce n’était pas si terrible que ça. Ces gens-là sont vraiment spéciaux. Ca reste une belle expérience. J’ai connu des gens bien, et d’autres moins bien. Et ça m’a fait sortir du cocon lyonnais.