Saber Khlifa a réondu à l’interview du site FIFA.com. Il y revient sur son passage à l’ETG :

Avez-vous l’impression d’avoir franchi un palier et qu’on attend plus de vous en sélection depuis votre transfert à Marseille ?

C’est normal. On attend beaucoup plus de moi, et le fait de jouer dans un grand club m’habitue à la pression. Ça change beaucoup d’Evian-Thonon-Gaillard. Ce nouveau statut me donne plus de responsabilités en sélection.

Surtout quand on met des buts de 60 mètres, comme la saison dernière face à Nice…

(rires) Le problème, c’est que maintenant Là, tout le monde me dit : « il faut que tu marques encore des buts comme ça. » J’aimerais bien, mais il ne faut pas trop s’y attendre ! Mais je suis attaquant, mon boulot c’est de marquer. Et si je marque un but qui nous fait gagner, personne ne se rappellera s’il est beau ou pas ! Ce but, c’était grâce à Dieu. Depuis le début du match, je voyais le gardien qui s’avançait souvent. Alors quand j’ai eu une chance, dans une bonne position, j’ai pris ma chance. Tout a été parfait : la puissance de la frappe, l’angle, la position, la précision. C’est le but que tout le monde rêve de marquer, je ne pense pas que ce soit possible de faire plus beau.

Dans quelle situation progresse-t-on le plus: remplaçant dans un grand club, ou titulaire dans un club plus modeste ?

Franchement, je suis très heureux dans un grand club comme Marseille, mais pour moi, l’essentiel c’est de jouer pour progresser. De ce point de vue, c’est mieux d’être titulaire dans club plus modeste, comme je l’étais à Evian-Thonon-Gaillard, plutôt que de rester sur le banc dans un plus grand. Donc c’est mon ambition à Marseille. Je ne regrette pas mon choix, et j’espère devenir titulaire. J’ai juste besoin d’un peu de temps, parce que je n’ai pas fait la préparation avec l’équipe. Il faut que je travaille et que je sois patient.

Lire l’interview complète