« Les coups-francs de Daniel Wass », c’est la chanson à la mode ces derniers jours dans le monde de la Ligue 1. Tout le monde en parle : journalistes (Daniel Riolo, Pierre Menès), les émissions de foot en parlent (J+1, Data Room…) et les supporters adverses craignent désormais celui qui se fait de plus en plus appeler le « Juninho danois ».

Et c’est mérité. Comme le souligne l’émission Data room sur Canal+, Daniel Wass est le plus efficace à ce jeu là depuis 3 saisons, devant de grands noms comme Andrea Pirlo, Miralem Pjanic et Zlatan Ibrahimovic. Alors que la moyenne de réussite se situe à 5.5%, Daniel Wass a atteint après le match de Bastia les 19%. Près de une tentative sur 5 qui finit en but, et selon ses coéquipiers c’est un sur 3 à l’entrainement.

Du coup, le gardien de l’Olympique Lyonnais doit être en train d’étudier la technique de frappe de Wass en vidéo, et Hubert Fournier de répéter à ses défenseurs de ne pas faire de faute dans l’axe sous les 35 mètres. Parce que depuis son arrivée en Haute-Savoie, Bordeaux, Montpellier, Nantes, Nice, Guingamp et Bastia deux fois ont pu juger de sa qualité de frappe. Dimanche, quand un coup franc sera accordé à l’ETG dans une zone favorable, nul doute que la tension montera pour Anthony Lopes et que le public du Parc des Sports poussera Wass a réussir à inscrire un troisième coup franc en autant de rencontres, histoire aussi d’aller chercher le podium du classement des buteurs.

[AdSense-A]

En attendant, le portier lyonnais peut donc chercher une faille avec la série des coups-francs en vidéo.