Quentin Westberg, auteur d’une faute de main face à Brest qui a coûté le premier but breton, revient pour le Figaro sur son erreur :

Soit je m’enfermais dans mon erreur, soit je la laissais derrière moi, donc c’est ce que j’ai fait tout de suite. Il ne fallait pas gamberger. Malheureusement c’était vraiment un but évitable et je m’en veux énormément mais ça n’a pas anéanti mon match pour autant, au contraire je pense que j’en suis sorti plus fort. Cela sera une expérience pour la suite de ma carrière.

Lisez son interview sur Le Figaro