Quelques mois après le départ de Bernard Casoni, on a assisté à une explication des deux parties ce week-end concernant les raisons du départ du technicien.

Hasard du calendrier, d’un côté Pascal Dupraz dans l’émission de France 3 « La voix est libre » diffusée samedi sur l’ETG et Bernard Casoni dans le journal l’Equipe le même week-end, chacun a souhaité donner ses raisons sur le désaccord des deux parties. Et visiblement ils ne sont pas d’accord.

Sur France 3, Pascal Dupraz déclarait très calmement que :

L’agent de Bernard Casoni voulait savoir (si son contrat serait renouvellé), le club lui a répondu. Ses absences à l’entrainement n’ont pas pesé dans la décision. Bernard lui même a souhaité ne pas poursuivre.

Vous pouvez par ailleurs revoir cette émission sur Pluzz : 1ere partie2eme partie.

Le lendemain, on pouvait lire une interview de Bernard Casoni, qui donnait sa propre version :

En décembre dernier, j’ai un entretien avec la direction qui me confirme que je ne serai pas prolongé en fin de saison. Ca devait rester entre nous, et voilà que ça sort dans la presse à Noël. Je n’étais plus dans la même situation, y compris pour ma crédibilité auprès des joueurs. J’ai demandé au président s’il me donnait la garantie que j’allais finir la saison. Il m’a dit non. Je suis parti.

On m’a reproché des décrassages. On a critiqué le rythme des entraînements. A l’intersaison, je n’étais pas d’accord avec des prolongations, des arrivées, et je l’ai dit. On m’a dit aussi que j’étais en vacances au moment du recrutement. Mais il y a le fax, le téléphone. On n’est pas deux fois champion par hasard. Il faudra qu’on m’explique comment on obtient de tels résultats sans implication et sans travail.

Il accroche aussi directement Pascal Dupraz, directeur sportif du club :

Le groupe aurait pu exploser. Dupraz y est pour beaucoup, il a débordé de son rôle. C’était devenu malsain.

Au passage, l’ancien coach de l’ETG a souhaité revenir sur l’interview donnée par Jérôme Leroy il y a quelques jours.

Quand je repense à certains en National et que je vois où ils en sont, je me dis qu’on a bien bossé, même si Jérôme Leroy pense le contraire.

C’est n’importe quoi. Un joueur comme Poulsen a fait progresser les joueurs dès qu’il est arrivé. Que Leroy se demande pourquoi lui n’y arrive pas ! On ne peut pas faire jouer vingt-neuf mecs comme il veut du jour au lendemain.

Leroy est dans son monde. Moi, j’ai une équipe à faire tourner, lui ne tient compte que de lui.

Ça ne m’empêche pas de penser qu’il reste un joueur talentueux, atypique.

En tout cas, ils ne sont pas prêts de se réconcillier, l’échange ayant pris fin par une mise au point de Patricj Trotignon :

Les propos tenus par Bernard CASONI contre Pascal DUPRAZ, Directeur Sportif, sont injustes et illégitimes. Pascal DUPRAZ est un collaborateur fidèle et apprécié qui apporte toutes satisfactions dans les missions qui lui sont confiées. Les résultats sportifs sont là pour en attester.

Chacun jugera des accusations des deux parties, mais une chose est sûre, c’est qu’on imagine mal comment Bernard Casoni aurait pu poursuivre au club s’il était effectivement resté jusqu’en juin.