En retrouvant ses valeurs, l’ETG a retrouvé comment marquer des points. Engagement, motivation, jeu collectif, abnégation. C’est comme ça que les Croix de Savoie jouent le mieux, et les ingrédients étaient à nouveau là ce soir face à Lyon. Cédric Barbosa avait montré la voie en marquant avant que Michel Bastos n’égalise sur coup franc.

Dans le premier quart d’heure, les lyonnais ont eu beaucoup le ballon mais sans pouvoir être dangereux. L’ETG se contentait de lancer sur Sagbo, sauf à deux occasions où Daniel Wass décalait dans la largeur pour Barbosa et M’Madi, mais sans inquiéter Hugo Lloris.

A la 29eme, Sagbo décale bien en retrait M’Madi, mais sa frappe est contrée en corner. Situation chaude sur le corner bien sorti par Lloris.

A la 36eme, sur une passe où Gomis était hors-jeu, Angoula revenait bien sur l’attaquant français mais manquait de peu de tromper Laquait sur son dégagement en corner.

Et si ça s’est un peu enervé en fin de première période, les deux équipes sont logiquement rentrées au vestiaire sur un 0-0. Un score logique étant donné que l’ETG défendait bien mais contrait mal.

A la reprise, le bloc était toujours bien en place mais Gomis parvenait à percer pour frapper à côté. Mais Rabiu dans la foulée, bien lancé alertait Sagbo au point de penalty mais Lloris sortait encore une fois un bel arrêt.

Décalé par M’Madi, Rabiu profitait des appels des autres attaquants pour frapper, mais ça termine dans les nuages.

A la fin d’une bonne période de possession, Sagbo centre sur Barbosa, qui enchaine amorti poitrine et reprise de demi-volée pour fusiller Lloris et ouvrir le score.

Lacazette essayait alors d’obtenir un coup franc en hurlant. Mais son coup franc termine au dessus.

L’ETG prenait alors le jeu à son compte, au moment où Rémi Garde faisait le bon coup du soir : faire sortir un Lisandro fantomatique et énervé pour faire entrer Michel Bastos.

Tout de suite, le brésilien donnait le tempo en envoyant un centre à raz de terre dans les pieds de Gomis qui tirait dans les pieds de Laquait, ce qui était le premier tir cadré de l’OL ce soir.

A la 73eme, les lyonnais bénéficiaient d’un coup franc à 30 mètres pour une faute comme il y en a 50 qui ne sont pas sifflées dans un match. Michel Bastos en profitait pour frapper fort et égaliser.

Le score semblait satisfaire les deux équipes dans le dernier quart d’heure. Les remplacements s’enchainaient avec les entrées de Koné et Govou par exemple, et le match se terminait sur ce score, avec juste un ballon crevé par le pied d’un lyonnais qui avait subi la frappe de Koné, une puissance qui promet !

L’ETG a bien défendu, sérieusement, a joué en équipe, a montré l’envie qui est la sienne depuis quelques saisons, et l’ETG n’a finalement eu peur qu’une fois, mais c’était suffisant pour voir les lyonnais égaliser.

Un seul point de pris, mais un bon point, et surtout un match repère pour la suite, tant dans l’envie que sur le travail collectif.

On a vu aussi que l’équipe n’était pas dépendante d’un ou plusieurs joueurs, puisque Saber Khlifa, l’homme en forme n’était pas là, et que Cédric Cambon pouvait être remplacé par Cédric Mongongu. C’est aussi ça la valeur de ce groupe, qui ne baisse pas de niveau en fonction des blessés et des absences.