Olivier Sorlin :

On a joué ce soir à peine une demi-heure. Or un match de football dure 90 minutes. Que voulez-vous, ils ont mis les buts qu’il fallait mettre. Ils avaient les armes, et pas nous. Maintenant si on veut rester en Ligue 1, il nous faudra faire beaucoup mieux à l’avenir, car sinon nous devrons nous contenter de jouer le vendredi soir.

Bernard Casoni :

On avait le match en main mais des faits de jeu ont décidé du résultat. Après, on peut penser ce qu’on veut. Ils ont quatre tirs, ils marquent quatre buts. Sinon, j’ai bien aimé mon équipe. Elle a su revenir au score. A 10 contre 10, on perd les duels et on le paie cash. Ça montre qu’il y a du travail. On est en difficulté, on va faire le dos rond. C’est dans ces moments qu’on voit qui va assumer.

Ce soir nous sommes passés par tous les scénarios et je considère que les faits de jeu nous ont été défavorables. Mais ça ne sert à rien de polémiquer, les arbitres ont toujours raison. Le résultat est négatif mais je retiens du positif. Mon équipe a été généreuse en efforts, portée vers l’avant. Qu’est ce que vous voulez que je reproche à mes joueurs ce soir ? Nous avons perdu des duels qui se sont transformés en buts, c’est comme ça. On est en difficulté en ce moment, on va faire le dos rond et essayer de rebondir. Il n’y a pas mort d’homme, ça fait partie des moments difficiles d’une saison, et c’est dans ces moments-là qu’on voit sur qui on peut compter.

Aldo Angoula :

On a su réagir en marquant par deux fois puis le match a basculé en fin de première mi-temps. C’est une rencontre qui doit nous servir pour la suite mais ce soir, on ne prend pas de point, c’est embêtant.

Mon expulsion c’est une injustice même si l’arbitre peut se tromper. A partir du moment où je le vois mettre la main à la poche, je sais qu’il va m’expulser donc je n’ai plus rien à dire. Ce sont deux avertissements sur des duels aériens identiques, exactement au même endroit du terrain. C’est peut-être la première fois que ça arrive, je vais entrer dans le livre des records ! Malheureusement, je manquerai le prochain match à Nancy mais aussi le prochain à domicile si je prends deux matches de suspension. L’équipe est touchée oui, mais pas coulée ! Nous allons essayer de nous servir de ce qu’il s’est passé pour les prochains matches à domicile. Dans les moments difficiles, il faut de la solidarité. Déjà l’année dernière, pour la montée en Ligue 1, il nous en fallait. Il y a eu quelques changements dans l’effectif mais l’âme de l’équipe est intacte.

Fabrice Ehret :

On a très mal débuté puis on a su revenir. On a pris notre temps sans balancer. Malheureusement, cette erreur d’arbitrage, qui a compensé l’expulsion du Caennais, et le coup franc qui suit derrière, change tout. Après la mi-temps, les deux équipes se regardaient. Ils nous ont pris en contre, et bien !

Franck Dumas (entraîneur de Caen) :

C’était une bonne soirée pour moi, pour nous. On a su profiter des espaces en deuxième mi-temps. Sur les côtés, ils n’ont pas défendu. C’était un match un peu fou fou. Un vrai match de football. Même à dix, j’ai vu une belle équipe d’Evian qui a su manœuvrer. L’expulsion de Nangis ? C’est bête pour le gamin mais en revoyant les images, il est dans sa course, il s’arrête comme il peut. Il tamponne le gardien mais ce n’est pas méchant.

Pascal Dupraz :

On ne peut pas se satisfaire d’une défaite, qui plus est en encaissant à domicile quatre buts. Néanmoins, si le résultat sec est identique à celui de Dijon, le match était de meilleure facture samedi soir. On a vu des actions plus construites. L’expulsion d’Angoula a été préjudiciable car elle coïncide avec l’égalisation de Caen. Donc oui je suis déçu.

Cédric Cambon :

On donne le bâton pour se faire battre. On a ce qu’on mérite. Prendre un but à deux minutes de la mi-temps, c’est limite une faute professionnelle. On a du mal à être régulier dans nos performances. Et au cours d’un même match, on peine à être concentré pendant 90 minutes. On a des absences.