Un titre volontairement évocateur, une expression souvent sortie par les observateurs du football français pour le qualifier. La raison de cette expression : Pascal Dupraz passerait son temps à se plaindre.

Cependant, vous avez déjà vu un club qui ne dit rien lorsqu’une décision arbitrale lui est contraire ? Franchement ? Alors qu’en advient-il lorsque ces décisions s’accumulent. Retour en arrière sur (à peine) 17 journées.

Toulouse – Evian TG

Le 30 août 2014, c’est la 4eme journée, l’ETG est très mal, ils n’ont pris qu’un point et ont subi deux gifles.
39eme minute, il y a toujous 0-0, Fabien Camus se présente en face à face avec le gardien adverse, il chute dans la surface, Benoit Millot siffle simulation et donne un carton jaune à Camus. Après visionnage des images, la commission retirera le carton à Camus, preuve qu’il y avait penalty.
A la fin du match que l’ETG aurait pu mener au profit de ce penalty, ils perdent 1-0 et Aldo Angoula sera expulsé.

Monaco – Evian TG

Olivier Thual accord un penalty dans les permières secondes du match pour Monaco. La raison : il voit une main d’Olivier Sorlin alors que c’est l’attaquant monegasque qui fait main. Cédric Barbosa prend un carton jaune pour avoir discuté cette décision. L’ETG n’arrivera alors pas à revenir dans le match. Défaite 2-0

Lyon – Evian TG

47eme minute, l’ETG mène 1-0, Modou Sougou est lancé vers le but, Anthony Lopes bloque bien le ballon, et fait volontairement un pas de côté pour foncer dans l’attaquant des Croix de Savoie lancé en pleine course. Bruno Derrien sera très clair sur ce geste : cela valait penalty, et selon l’appréciation carton rouge.
Dans les arrêts de jeu du match, à 2-2, Adrien Thomasson récupére un ballon seul dans la surface de la poitrine, Tony Chapron siffle penalty, Lacazette le transforme. L’ETG perd le match 3-2 et Pascal Dupraz et Joel Lopez seront convoqués devant la commission de discipline. Rien pour Anthony Lopes à ce jour par contre.

Reims – Evian TG

68eme minute, il y a 1-1 et Signorino tacle Clarck N’Sikulu par derrière et au niveau du genou. Benoit Millot, encore lui, ne donne qu’un carton jaune. 10 minutes plus tard et après un but de l’ETG, Reims égalisera grâce à une grosse faute de Moukadjo sur Sorlin, qu’il avouera à la fin du match. Cédric Cambon sera expulsé pour avoir contesté violemment cette décision. L’ETG perd le match 3-2. Cédric Cambon, Cédric Barbosa et Olivier Sorlin risquent également d’être sanctionnés pour leurs propos suite à ce match. Dans le même temps, Zlatan Ibrahimovic et Thiago Motta peuvent insulter les arbitres et leurs adversaires de manière très claire devant les caméras de Canal+ sans être convoqués.

[AdSense-B]

Conclusion

Il parait que les décisions s’équilibrent. Force est de constater que ces 4 matchs sont 4 défaites, et on peut honnêtement se dire qu’il y a beaucoup de points perdus, beaucoup de cartons pris pour rien depuis le début de saison. Et c’est sans parler des décisions qui ne changent probablement pas le résultat du match (contre Rennes ou Metz) et en n’oubliant pas non plus que la saison dernière la tendance était la même (on se souvient des 2 points perdus contre Ajaccio sur un hors-jeu de 10 mètres non sifflé).

Si ces faits de jeu arrivaient au PSG, à l’OM ou à l’OL, ces équipes auraient une dizaine de points de retard pour aller chercher le titre de champion de France, vous croyez que leurs entraineurs respectifs laisseraient passer ça sans rien dire ? Pour l’ETG c’est pareil, c’est une dizaine de points perdus en vue du maintien. C’est 2 petits points d’avance sur le 18eme au lieu d’aller chercher le 6eme. Tout sauf négligeable.

Alors oui on est des pleureuses si vous voulez, mais ça ne fait finalement que prouver qu’on est souvent lésés de ces décisions d’arbitrage. Et si vous, vous préférez suivre une Ligue 1 où tous les entraineurs diraient de manière retenue « C’est le football, l’arbitre est humain, ça s’équilibrera » ou « L’important c’est les 3 points », et bien nous non, on aime qu’il se passe des choses, que les gens parlent vrai, pas qu’ils se retiennent comme des hypocrites.

PS : au fait, est-ce que finalement, se plaindre de quelqu’un qui se plaint, c’est pas aussi être soi-même une pleureuse ?