Pascal Dupraz Quand tout va bien, un entraineur n’a pas trop de difficulté à former son 11 de départ avant un match. Et encore là, il fera toujours face à des critiques sur ses choix. Alors quand les blessures, les suspensions et d’autres événements s’en mêlent, tout devient plus compliqué. La preuve par l’exemple avec le casse-tête pour choisir les 11 titulaires de l’ETG contre Reims ce soir.

Pour choisir les meilleurs joueurs pour gagner un match en football, c’est une équation à un nombre d’inconnus tellement important que celui qui prétend avoir la vérité devrait prétendre au prix nobel de mathématiques. Au delà de la valeur pure de chaque joueur, il faut prendre en compte un certain nombre de paramètres parmi lesquels :

– la fatigue
– la forme actuelle
– l’expérience
– l’effet de surprise
– l’adaptation du joueur au système, ou inversement le système à choisir par rapport au reste
– la capacité du joueur à être efficace face à l’adversaire du jour
– la santé mentale du joueur
– l’implication et la motivation actuelle du joueur
– la capacité du joueur à s’adapter à l’évolution du score possible (défendre plus, attaquer plus)
– les probabilités qu’un joueur soit sanctionné de cartons
– l’entente des joueurs entre eux
– les qualités particulières du joueur (coup francs, penaltys, jeu de tête…)
– importance du joueur comme meneur d’homme
– risques liés à un retour de blessure
– les précédentes prestations du joueur
– l’envie de garder le joueur impliqué
– faire tourner l’effectif en cas de besoin

Une liste non exhaustive qui rend les choix aussi difficiles à faire qu’un plan de table lors d’un mariage. Et on comprend pourquoi de nombreux entraineurs de football s’arrachent les cheveux avec l’illustration pour le match de ce soir.

Dans les buts, si le choix est assez simple à faire sur de nombreux points de vue entre Bertrand Laquait et Johann Durand, le choix d’écarter Stephan Andersen l’est nettement moins. D’un côté, il reste un gardien de grande qualité. D’un autre, son manque de motivation peut peser rapidement sur l’ambiance du groupe.

En défense centrale, Betao s’est imposé comme titulaire indiscutable, le nombre de buts encaissés depuis son arrivée témoigne de son efficacité. Mais la blessure d’Angoula pose encore la question du second. Mensah a déjà été écarté du groupe, il reste Cambon et Mongongu pour y postuler. Sur le papier, Mongongu devrait devancer Cambon sans problème. Mais les précédents matchs parlent pour Cambon, qui a su s’entendre avec le brésilien.

Avec la suspension de Fabrice Ehret, Pascal Dupraz n’a plus de vrai latéral gauche à disposition. Daniel Wass a montré qu’il était solide à ce poste, mais ce n’est pas sa position préférée. Guillaume Lacour reste pour l’entraineur un élément très utile puisqu’il est capable de s’adapter à de nombreux postes pour dépanner. C’est sans doute lui qui tient la corde pour ce soir, afin de laisser Daniel Wass sur son côté préféré.

A droite, l’absence de Brice Dja Djédjé provoque presque le même problème, sauf qu’Iheb Mbarki est lui un latéral droit de métier. Nous sommes nombreux à ne pas comprendre pourquoi il n’a pas plus de temps de jeu au profit de l’absence de DDD, mais Pascal Dupraz a sans doute de nombreux arguments pour l’expliquer parmi la liste ci-dessus. Daniel Wass devrait donc être titulaire, mais il est tout à fait possible que le tunisien joue pour permettre à Daniel Wass de jouer à gauche ou au milieu de terrain.

En milieu défensif, l’absence sur blessure de Koné est embêtante puisque la complémentarité avec Olivier Sorlin était intéressante. Pascal Dupraz a donc le choix entre le plus défensif Eric Tie Bi et le plus offensif Mohammed Rabiu. Si l’adversaire du soir donnerait envie de choisir Rabiu pour offrir des solutions offensives, choisir le Ghanéen c’est aussi prendre le risque qu’il se marche dessus avec Milos Ninkovic, qui a en plus tendance à rentrer dans l’axe naturellement plutôt que rester sur son côté.

En attaque, Saber Khlifa ne souffre d’aucune contestation, surtout maintenant qu’il a retrouvé son efficacité. Pour le 4-4-2 qui marche si bien à l’ETG, Pascal Dupraz a toujours tourné entre Sagbo et Bérigaud, privilégiant souvent le premier pour ses capacité athlétiques et ses qualités de conservation de balle lorsque l’ETG est dominé. Ce soir, ce sont les Croix de Savoie qui auront le ballon, et au delà du choix de l’efficacité actuelle, Bérigaud devrait être titulaire, reléguant Yannick Sagbo sur le banc, car difficilement replaçable au milieu de terrain.

Pour compléter l’effectif, les deux milieux offensifs devraient être Ninkovic et Adnane. En effet, à l’étude de l’effectif du groupe, on imagine mal un autre joueur à ce poste. Les suspensions pour le même match de Cédric Barbosa et Fabrice Ehret posent beaucoup de problèmes pour le choix du milieu gauche, surtout depuis le départ de Dhaouadi.

Autres possibilités :
– faire jouer Mbarki en latéral droit pour permettre à Wass de prendre une place en milieu droit (ou gauche pour lui permettre de rentrer sur son pied droit)
– faire jouer Tie Bi pour remplacer Mohammed Rabiu en milieu droit

Vous pouvez le voir, choisir un 11 de départ est un sport à part entière, qui relève en plus de la théorie, puisque des faits de match peuvent vite chambouler des certitudes. Un blessé à l’échauffement, un schéma tactique modifié par l’adversaire… et tout est à recommencer.

Alors pensez-y la prochaine fois que vous pesterez sur les choix d’un entraineur…