Samedi dernier, l’ETG a perdu son gardien fétiche en la personne de Bertrand Laquait. Ce week-end face à Valenciennes, il ne pourra donc défendre les cages des Croix de Savoie.

C’est donc logiquement le danois Stephan Andersen qui sera titulaire dans les buts au coup d’envoi.

En début de saison, son recrutement n’a pas forcément été très bien compris et accepté des supporters, pensant que Quentin Westberg pouvait tout à fait remplacer Bertrand Laquait pendant sa courte période d’indisponibilité. En plus de cela, des performances pas forcément convaincantes l’ont vite replacé sur le banc de l’ETG lorsque Laquait est revenu.

Aujourd’hui, il ne fait pas de doute dans l’esprit de Bernard Casoni que Stephan Andersen est le gardien numéro 1 avec la nouvelle blessure de Laquait.

Si les supporters auraient espéré que Johann Durand ou Quentin Westberg aient droit à leur chance, il ne faut pas pour autant condamner à nouveau le portier danois pour ce qu’on connait de lui.

On le sait tous, la place de gardien est particulière, arriver dans un pays qu’on ne connait pas, dont on ne connait pas la lanque et avec la pression de pouvoir perdre sa place de titulaire lorsque le gardien numéro reviendra… tout ceci n’aide pas forcément à être au mieux psychologiquement.

Alors oui, Stephan Andersen ne nous a pas encore convaincu, oui ses statistiques ne plaident pas pour lui. Mais donnons lui une feuille blanche pour sa seconde chance.

Aujourd’hui, même s’il ne parle pas encore français, l’intégration de Daniel Wass dans l’effectif et le dialogue étant maintenant possible avec Christian Poulsen comme interprète, nul doute que la situation sportive et personnelle d’Andersen n’a plus rien à voir avec le début de saison.

Et pour l’aider à se mettre dans les meilleures conditions, il faudra l’encourager. Applaudissons son entrée sur la pelouse, scandons son nom dès sa première intervention… Parce qu’il ne faudrait pas grand chose pour qu’Andersen suive le même chemin de progression que son compatriote Daniel Wass.