Quentin Westberg :

Au fond, le match ne s’est pas joué à grand-chose. Le terrain était un sacré bourbier et ça ne les a pas aidés. On a été hyper réalistes en début de match et heureusement qu’on avait ces deux buts d’avance parce que lorsqu’ils sont revenus à 2-1, on sentait que ça pouvait basculer en leur faveur. Là, ils ont quand même touché le poteau et sur ce coup, faut le dire, j’ai eu de la chatte ! Mais on a résisté et c’est ça qu’il faut retenir.

Lire l’interview complète sur So Foot