Football Avec l’arrivée de Dijon, d’Evian-Thonon-Gaillard et, dans une moindre mesure d’Ajaccio, la Ligue 1 se paie un rafraîchissant lifting. Analyse du phénomène. Montbéliard. Dijon avait sa moutarde et Évian son eau. Les deux villes ont désormais leur équipe de Ligue 1…

A Evian-Thonon-Gaillard, Bernard Casoni a par exemple eu la surprise de surfer sur la vague du titre de champion de National (2010). Le lauréat du trophée UNFP de meilleur entraîneur de Ligue 2 préfère d’ailleurs mettre en avant l’état d’esprit des siens que leurs qualités techniques pour expliquer cette réussite insolente : « Si on a eu des résultats ces dernières années, c’est qu’il y a une aventure humaine avant tout. Même s’il y a de la qualité chez certains joueurs, c’est l’aventure humaine qui nous a fait optimiser nos résultats ».

Lire l’article sur l’Est Républicain