Dans le Dauphiné Libéré, le président Patrick Trotignon a démontré qu’il ne fallait pas le prendre pour un débutant. Parlant des blessures de Brest, premier adversaire de l’ETG, il a réaffirmé que ces absences n’allaient pas l’attendrir.

Ils veulent nous faire pleurer en évoquant leurs problèmes. On ne nous la fait pas. On reconnaît qu’ils ont des blessés, mais il suffit de consulter leur effectif pour voir qu’il ne faudra pas aborder ce premier match en se disant qu’ils sont affaiblis. On peut dire pareil, avec nos blessés ou Sagbo.