Du haut de la montagne, le guide veille. Avec son expérience de 23 longues années, passées à forger les destinées rêvées d’un club. Peu importe qu’il se nomme Gaillard, Croix-de-Savoie ou Evian Thonon Gaillard. Pour Pascal Dupraz (51 ans), la récompense est certainement celle de voir ce club s’installer progressivement dans l’esprit du grand public, au sein du paysage de l’élite française. L’homme pionnier, au caractère bien trempé, n’a pas changé. Lui qui fait le régal des médias veut continuer à développer son club avec des principes qu’il a fait siens.

Je n’ai ni d’inimitié, ni d’amitié pour Sochaux. J’ai du respect. Du respect pour un club dans lequel j’ai été formé.

Interview à lire dans Le Pays