Vous aussi vous n’avez rien compris à cette actualité postée sur le site officiel hier en début de soirée titré « JEU DE STYLOS, JEU DE BABAUD ! ». C’est assez peu étonnant puisque les choses sont dites sans l’être vraiment. Essayons de décrypter cette info ensemble.

Cette actualité s’adresse directement à Julien Babaud, journaliste au Dauphiné Libéré, à qui le club reproche son manque de précision dans son travail journalistique et l’accuse donc de désinformer ses lecteurs.

Mais là première remarque : pourquoi le club publie un article sur son site officiel pour viser nommément un journaliste au lieu de le rencontrer en face à face pour régler ce problème ? Autre question : s’il est effectivement question de désinformation, pourquoi le club ne rappelle t-il pas les faits et n’apporte pas sa version ?

Lorsque nous en avons parlé hier, deux journalistes ont réagi à cette tentative d’intimidation d’un journaliste :

Je n’ai jamais de telles mises en cause d’un journaliste sur un site de club. J’ai lu l’article paru dans le DL. Il n’avait rien de polémique. Il informait comme doit le faire un journaliste. On se croirait revenu au temps de l’URSS !!

Un autre journaliste très expérimenté a lui expliqué qu’il n’avait jamais vu ça dans toute sa carrière :

Je peux affirmer que jamais un club ne m’a attaqué comme l’ETG le fait sur son site avec ce journaliste . Les frictions existent quelquefois et se règlent en tête à tête. Certainement pas en prenant le public et de pseudos supporters à témoin. Le journaliste assiste aux rencontres, aux réunions, il raconte, il juge, parfois il se trompe mais un tel appel à la soumission est une honte, sans compter que ce journaliste n’est pas à l’abri d’une réaction physique d’un supporter basique ! Et puis lui, au-moins, il signe ses papiers !

On peut donc être surpris par une telle initiative qui n’a aucune valeur en terme d’information pour les lecteurs du site, puisqu’on ne sait pas de quoi on parle, mais qui en plus est une réelle atteinte à la liberté de la presse.

Quelques jours après avoir tenté de faire taire les supporters sur les réseaux sociaux, c’est une nouvelle tâche gravement indélébile qui se pose sur le club.

C’est d’ailleurs de là que vient le problème. Le journaliste Julien Babaud a publié hier un article qui relatait le contenu de la réunion qui a eu lieu mercredi entre le club et les supporters. Le journaliste explique ce que nous vous avions raconté sur le fait que les supporters ont été visés par le responsable communication du club pour ce qu’ils disent sur les réseaux sociaux.

Le reste de l’article concerne les prix pratiqués par le club, grosse préoccupation des supporters et dont l’article fait l’echo. En tout cas, les faits rapportés par le journaliste sont réels et ont été rapportés par les supporters présents ce soir là.

On ne peut alors qu’être surpris de leur critique sur l’exactitude de ce qui y est rapporté.

Mais au delà de cela, plusieurs choses sont très maladroites dans ce communiqué :

1 – N’étant pas signé, on imagine donc qu’il s’agit d’un communiqué que tout le club assume, et à son premier titre le président.

2 – Pourquoi parler de « quotidien local » sans le nommer ? Surtout quand on sait que le Dauphiné Libéré est partenaire officiel du club.

3 – Quel intêret de dire que le journaliste sollicite le club ? Ne s’agit-il pas là de son métier ? Il doit couvrir l’actualité du club, normal qu’il demande régulièrement au club les autorisations pour faire son travail non ?

4 – Donner des leçons n’est jamais très bon. Attention à ne pas voir le boomerang revenir. A la première erreur, n’importe qui pourra dire au club que « le reportage fidèle des informations caractérise la qualité de son auteur »…

5 – Le club « s’interroge sur les réelles motivations du journaliste ». Là encore on sent une attaque sans qu’elle soit vraiment précisée. De quoi parle t-on ici ?

6 – Le communiqué se termine par « Les supporters assurent l’ETG FC de tout leur soutien. » Là on se demande qui prend la liberté de parler au nom des supporters… D’ailleurs, ce soir ils risquent d’être déçus puisque la grève des chants risque bien de se remarquer…

En tout cas, on ne peut pas laisser passer un tel comportement de la part du club sans explication, et on apporte notre soutien au journaliste Julien Babaud, qui on le souhaite continuera son travail journalistique comme avant, sans que cet épisode n’entâche son objectivité, c’est à dire sans être intimidé ni revanchard.

Ce n’est pas dans un contexte très serein que le club recevra Saint-Etienne ce soir. Espérons juste que ça ne touche pas les joueurs dans leur concentration.