Pascal Dupraz :

J’ai été déçu quand Toulouse a ouvert le score car on prend encore un but sur une erreur. C’est difficile à vivre quand on est dans notre situation. On a essayé de défendre ensemble, c’est important pour nous. Toulouse restait sur une série impressionnante et ce résultat prouve au moins que l’on n’a pas peur, malgré notre situation au classement. Je n’ai pas eu besoin de me tenir au courant du score de Valenciennes-Ajaccio car mes adjoints vivent ça à fond. Je les ai senti effondrés puis rassurés et enfin fous de joie. Il reste encore huit matches à jouer et on ne va pas se taper sur le ventre ce soir malgré ce scénario favorable. Je tiens d’ailleurs à dire qu’Ajaccio fait honneur à la L1. Beaucoup de gens les ont condamnés mais il reste encore beaucoup de points à distribuer. Les matches, il faut les jouer, et évaluer les chances des équipes avant les matches c’est parfois leur manquer singulièrement de respect.