Evian-Thonon-Gaillard - Bordeaux Le maintien désormais (quasiment) acquis en Ligue 1, l’ETG peut se tourner sereinement vers sa fin de saison qui lui proposera deux matchs contre Bordeaux. Si les supporters y voient un match sans importance et un second qui sera l’occasion d’une belle fête au Stade de France, cette double opposition pourrait permettre au club de revoir considérablement son budget 2013-2014 à la hausse. Explications.

En effet, si en championnat seul un cataclysme pourrait envoyer les Croix de Savoie en Ligue 2, ce dernier match à Bordeaux aura quand même son importance, au delà de l’aspect psychologique à prendre sur l’adversaire. En effet, Reims n’est qu’à deux points devant et une victoire pourrait permettre de leur subtiliser la 14eme place sur le fil si les Rémois ne l’emportait pas à Marseille, ce qui est bien sûr tout à fait probable.
Au contraire, une défaite pourrait permettre à Ajaccio et Sochaux de nous doubler s’ils parvenaient à gagner contre Nice et à Bastia. Une différence au classement qui se traduirait pas une différence de droits TV d’environ 2 millions d’euros.

La seconde rencontre revêt également la même importance financière. Le vainqueur de la Coupe de France reçoit 700 000 euros de plus que le finaliste, et la victoire qualifie pour deux compétitions : l’Europa League et le Trophée des Champions.
La participation en phase de poules de la compétition européenne permet de recevoir un chèque de 1,3 millions d’euros, auquel il faut ajouter 100 000 euros par match nul et 200 000 euros par victoire. Même si la compétition se présenterait comme compliquée pour le club, il y a peut-être entre 3 et 7 points à prendre minimum, comme l’ont fait Rennes et Toulouse ces dernières années. Un bonus d’environ 500 000 euros donc.

A ceci il faut encore ajouter une prime pour la participation au Trophée des Champions, qui aura lieu le 3 aout 2013 à Libreville au Gabon. A tout cela une double victoire apporterait en plus au club des contrats de sponsoring à la hausse, des abonnements en plus, de la billetterie en plus, du merchandising en plus, des ventes d’espaces VIP en plus…

On peut probablement estimer à un budget 2013-2014 en hausse de 5 millions d’euros minimum, ce qui représente entre 15 et 20% supplémentaire et qui, selon Patrick Trotignon, permettrait au club d’atteindre la barre de budget nécessaire pour s’installer durablement en Ligue 1.

Entre dimanche et vendredi prochain se jouera donc une semaine qui pourrait devenir décisive pour l’avenir du club, et pas simplement que pour des questions purement sportives et historiques mais pour son avenir professionnel également.