Bernard Casoni :

Le résultat est encourageant mais le championnat ne s’arrête pas là. Il faut que l’équipe savoure ce soir et se remette en question avant d’aller à Ajaccio la semaine prochaine. Du coeur, nous en avons. Maintenant, sur le plan technique et purement footballistique, on avait envie de bien faire mais on a perdu en lucidité. Il va falloir rectifier cela, car on ne peut pas tenir une saison qu’avec le coeur. Mais bon, c’est une équipe jeune et ça fait du bien de gagner à domicile, ça va donner de la confiance. Mais on a encore beaucoup de travail, notamment dans la gestion du calme et de la lucidité. Il n’y a que deux journées de disputées, il faut faire en sorte de progresser à chaque sortie.

Cédric Cambon :

On avait à cœur de concrétiser le bon match nul de Brest. On a fait preuve de solidité, ces trois points nous permettent de continuer à avancer et de ne pas laisser les doutes arriver. L’objectif était de bien défendre. On n’a pas pris de but. On a été en difficulté en première mi-temps sur les longs ballons. On a rectifié le tir après la mi-temps. Ces trois points font du bien mais les matches contre Ajaccio ou Dijon seront aussi compliqués.

Fabrice Ehret :

On s’en est mieux sorti que face à Brest. La semaine dernière, on n’avait rien à perdre, on était à l’extérieur. Là, on voulait montrer à la maison que le bon nul n’était pas une erreur. On était un peu crispé au début. Ensuite, on a montré beaucoup de combativité. On a moins bien joué mais on a fait 90 minutes plus sérieuses même si sur la fin on a eu peur que le scénario de Brest se reproduise. C’est bon pour la suite.

Sidney Govou :

C’est une bonne première victoire. Nice s’est procuré pas mal d’occasions dangereuses mais on a globalement bien géré. On était mieux en deuxième période même si on ne s’est pas procuré de grosses situations. On a quatre points mais ça ne change pas notre objectif de maintien. On verra après si on peut aller chercher plus.

Brice Dja Djedje :

On s’est fait un peu bouger à la mi-temps . Le coach nous a dit qu’on était capable d’inscrire ce but qui leur ferait mal. On est parvenu à mieux gérer les attaquants niçois après la pause. On ne cherche pas à évoluer en haut du classement mais juste à poursuivre notre bonhomme de chemin.

Eric Roy (entraineur de Nice) :

On a eu beaucoup plus d’occasions qu’Evian mais on ne marque pas. C’est rageant, nous faisons une bonne première période mais nous avons été défaillants en défense. Les garçons ont fait ce que j’attendais d’eux. Ils sont déçus car cette défaite n’est pas méritée.

Aimé Jacquet :

Le match a eu du mal à prendre de la dimension, peut-être est-ce dû à la difficulté physique d’enchaîner les matches en ce début de saison. Mais en deuxième mi-temps, les deux équipes se sont bien reprises. En ouvrant le score, l’ETG a pris l’ascendant psychologique. Cette équipe est cohérente, elle s’affirme. On sent que ce n’est plus la même dimension. Il y a vraiment une philosophie dans ce club.

Lire son interview complète sur Le Figaro

Larrys Mabiala (Nice) :

C’est rageant. Après Lyon, on avait à coeur de prendre des points. On a fait un match plus consistant que la semaine dernière, et il y avait la place pour l’emporter. C’est dommage de laisser échapper des points… Ce soir, ça se joue à pas grand-chose, un fait de match qui nous pénalise. On était bien même si on a reculé en début de deuxième mi-temps. On a montré de bonnes choses lors de ces deux derniers matches, mais il va falloir être encore un peu patient. Il nous faut encore du temps pour gommer les petites erreurs sans lesquelles on peut viser quelque chose d’intéressant.

Didier Digard (Nice) :

Je ressens beaucoup de frustration. On s’est créé beaucoup d’occasions, on a très bien joué, notamment une très grosse première mi-temps. A la reprise, on voulait poursuivre sur la même lancée. Malheureusement, j’ai pris un risque que je n’aurais pas dû prendre. Khlifa anticipe le coup et marque. J’ai pénalisé mon équipe. Je suis désolé pour les efforts que mes partenaires ont fourni. A moi de m’excuser sur le terrain. Les mots ne changeront rien, il faut des points.

Anthony Mounier (Nice) :

On fait un bon match. Malheureusement, on n’arrive pas à exploiter les erreurs de l’adversaire pour la mettre au fond, et dès qu’on en commet une on la paie cash. On doit rentrer à la mi-temps avec un ou deux buts d’avance. On ne le fait pas et on s’expose à un but gag ou une erreur. A 1-0, on a encore des situations mais c’était difficile. Le point positif, c’est qu’en continuant comme ça on va gagner des matches. Mais il faut vite débloquer le compteur points.