C’est la crainte de tous les promus. Bazdarevic, l’ex-entraîneur grenoblois,Carnot, autrefois milieu offensif de Guingamp et Levêque avec Boulogne avaient connu l’euphorie de l’accession, avant de revenir à la tension de la compétition, l’appréhension du maintien. La peur d’être moqué, le doute de son propre niveau malgré l’envie de s’installer pour longtemps dans le langoureux sofa de la L1. Une position bien compliquée à maintenir, encore plus quand c’est la première fois.

Pour y parvenir, Evian Thonon Gaillard devra trouver les bons ingrédients. La recette idéale. Bazdarevic : “Le début de saison est primordial”

Mecha Bazdarevic, aujourd’hui à Sochaux, avait réussi l’opération avec Grenoble en 2009. “Le début de saison est primordial, cela permet de se mettre en confiance, de ne pas se poser de questions et d’avoir un matelas pour la suite, lors des périodes plus difficiles.”

C’est ce qu’avait déjà réussi l’ETG l’an passé en Ligue 2 (12 points sur 15 en août), pour sa première saison à ce niveau, avec le dénouement qu’on connaît. “Moreira et Battles, qui étaient arrivés, nous avaient apporté beaucoup de choses, comme Wimbee et Flachez”, poursuit le technicien bosnien. Grougi : “Un groupe de copains”

C’est dans ce domaine critique de l’expérience que les Haut-Savoyards ont complété leur puzzle avec les arrivées de Govou, Leroy ou Ehret. Ce qui revient dans toutes les bouches, c’est l’intérêt de posséder un état d’esprit et un sens du collectif irréprochables. Avancer groupé et imperméable. Ce que font les Haut-Savoyards depuis quelques saisons, ce qui a marché lors du précédent exercice à Brest, l’adversaire des Roses demain.

Lire l’article du Dauphiné