Quelques semaines après avoir quitté le club d’evian-Thonon-Gaillard et quelques jours avant le match contre son équipe de coeur, Pablo Correa s’est confié à l’Est Républicain, où il revient sur le parcours des deux équipes et sur son départ de Haute-Savoie. Extraits.

Vous avez des nouvelles d’Evian ?

Souvent. J’y retourne, même. J’ai laissé derrière moi des personnes très intéressantes, même si je me suis peut-être loupé en allant là-bas. Au début, ça allait, on a fait une deuxième partie de saison extraordinaire l’an passé, mais quand est arrivé le moment fatidique, j’ai compris mon erreur. Pascal Dupraz, je suis persuadé qu’il ne m’a pas fait un enfant dans le dos. Je suis content aussi car cela se passe bien avec José Martinez (son ancien adjoint, qu’il avait emmené avec lui de Nancy). Je ne suis fâché qu’avec une personne…

Au moment de comparer les deux formations, il garde d’ailleurs un avis plus rassuré pour l’ETG :

Je suis d’abord persuadé que Pascal Dupraz ne tombera pas dans la facilité après sa victoire à Rennes. Il ne commettra pas cette erreur. Peut-être qu’Evian est mieux équilibré, avec des joueurs plus expérimentés. Et un capital offensif supérieur. Quand une grosse partie des joueurs tient la route, c’est plus facile.

Lire l’interview complète