Guingamp toujours vers l’avant, l’ETG poursuit sa marche arrière :

 

Samedi soir, le public a répondu présent. Il était rare de voir une affluence plutôt correcte pour une affiche aussi peu alléchante, et pourtant, le douzième homme était bel et bien là.

Pour un match d’envergure, entre deux concurrents directs au maintien, et pour mettre fin à une série de quatre matches sans victoire, une seule chose manquait à l’appel pour que la soirée soit belle : l’équipe.

L’entité la plus importante d’un match de football n’a pas répondu à l’appel et n’a pas rassuré, bien au contraire. Les défaillances constatables depuis quelques matches sont toujours présentes, bien ancrées au sein d’une équipe décimée par les absences.

Ce match a été différent de celui disputé à Nantes, hormis le fait qu’il jouait un concurrent au maintien, l’ETG  disputait ce match  à domicile, face à une équipe moins impressionnante que celle des Canaris, et surtout, également amputée de joueurs clés (Yatabaré, Mathis).

A domicile, les Roses n’avaient gagné qu’un seul match, de taille (face à Lyon, 2-1), ils avaient l’occasion de renouer avec le succès et se remettre sur les rails mais n’ont rien fait pour. Ils n’ont pas fait honneur à plus de 8500 personnes venues les encourager. La pauvreté du jeu, le manque d’envie, de combativité, étaient flagrants.

Pourtant, sur le papier, le onze aligné, comme le groupe convoqué, pouvait faire l’affaire, et n’avait rien à envier aux Bretons, mais sans réelle motivation la tache s’est avérée tout de suite plus ardue face à des Guingampais plus motivés et volontaires.

Sur leur seule action construite et bien menée du match, les Roses parviennent à ouvrir le score par l’intermédiaire de Nicolas Benezet suite à un sublime une-deux avec Kevin Bérigaud. (1-0. 25′) A ce moment là, et jusqu’à la 73è minute de jeu, l’essentiel était acquis et l’équipe se donnait de l’air au classement. Pas convaincants dans le jeu, voir alarmants, les Haut-Savoyards auraient pu malgré tout engranger trois points précieux.

Sans parvenir à se mettre à l’abri avec un deuxième but, ils se font logiquement reprendre à moins de vingt minutes du terme de la rencontre.Comme lors du match à Nantes, les ailiers adverses profitent d’une aile gauche perméable avant de centrer. Libre de tout marquage dans la surface et à cette distance, Giresse ne se fait pas prier. (1-1. 73′)

Dynamisé par cette égalisation, Guingamp va ensuite s’offrir le match, Douniama se glisse entre Mongongu et Angoula pour placer sa tête et donner la victoire à son équipe avec l’aide du poteau droit (1-2. 78′)
La ruée vers l’attaque pour tenter de revenir au score et les tentatives imprécises des Roses ne changeront rien au score final.

En moins de cinq minutes, ils ont perdu trois points, l’occasion de se rassurer d’un point de vue mathématique, et subissent un nouveau revers à domicile, et un cinquième match sans victoire.

L’ETG gâche ses maigres cartouches en se les tirant dans le pied et réduit, match après match, une marge de manœuvre déjà limitée en début de saison.
Le match face à Valenciennes samedi va s’avérer capital, une défaite n’est plus envisageable à ce stade du championnat, surtout face à des équipes abordables.

A l’instar de la saison passée, les Haut-Savoyards perdent beaucoup trop de points précieux en route mais peuvent compter sur les faux-pas de concurrents directs (Lorient, Sochaux, Valenciennes). Prudence cependant, un jour viendra où plus personne ne sera la pour leur sauver la mise.
Le maintien doit être acquis grâce à de bonnes performances collectives et non grâce aux erreurs des adversaires. En retrouvant des joueurs cadres (Barbosa, Koné) mais aussi des joueurs de retour de blessure (Ehret, Ruben) l’ETG n’a plus le droit de se trouver des excuses.

Le retour des blessés pourrait re-dynamiser l’attaque, malgré la blessure de Kevin Bérigaud, tandis que les cadres se doivent de structurer, soutenir et souder cette équipe avant que la situation ne soit très problématique, pour ne pas dire alarmante.

L’Evian Thonon Gaillard dispose d’un effectif tout à fait capable de se maintenir en Ligue 1, mais même des bons joueurs ne peuvent rien faire si l’envie manque. Le jeu plutôt alléchant proposé en début de saison à peu à peu viré à l’insipide et une solution doit rapidement être trouvée .
Les querelles internes ont-elles perturbées et fragilisées à tel point ce groupe ? Les joueurs professionnels se doivent de faire abstraction de ce genre de chose pour faire honneur à leurs supporteurs, présents ou non, et proposer un jeu à la hauteur du football professionnel français.

 

Alexandre Muffon (@AlexMuffon)