Frédéric Antonetti, l’entraineur de Rennes, a du avoir peur du scénario catastrophe pour son équipe après son beau succès à Lyon :

Evian a intérêt à jouer un peu plus s’il veut gagner des matches. Quand on défend tout le temps comme ils le font, on n’est pas à l’abri de concéder un penalty comme ça a été le cas. C’est un choix qu’ils ont fait mais c’est un choix qu’il faut assumer. Il ne faut pas pleurer. Ça fait partie d’un match. Leur choix aurait pu être payant parce qu’ils nous ont vraiment contrariés. Ça ne l’a pas été parce qu’ils ont joué trop bas. C’est l’histoire du match. Les journalistes, vous pouvez toujours vous arrêter sur une action où me dire « Evian m’a dit ci, Evian m’a dit ça…

Ce qui n’a pas beaucoup plu au président Trotignon :

Ce sont des propos irrespectueux voire injurieux à l’égard du club. Antonetti se permet de juger notre système de jeu, mais ce n’est pas son problème, on joue en fonction de nos moyens. Il a le sixième budget de France (52 ME), nous, le dix-huitième (26 ME). Si on prend six joueurs de Rennes, cela doit équivaloir à la masse salariale mensuelle de notre effectif. Il y a plusieurs catégories de personnes dans le foot, et dans la colonne des pleureuses Antonetti ne serait pas mal placé. Il lui serait arrivé ce qui nous est arrivé avec la blessure de Laquait sur un choc avec Montaño, le penalty sifflé puis annulé, il aurait usé une palette de mouchoirs. Nous, on ne se plaint pas. C’est normal, on est un promu, c’est comme quand tu arrives dans une classe, tu es le petit dernier, tu te fais bousculer dans la cour. Mais on demande un peu de respect. Je l’invite avec sa famille à venir passer un week-end, on lui fera connaître la région

Mais ça, c’était sous le coup de la pression d’après match. Il s’est ensuite ravisé :

Je souhaite présenter mes excuses. Au cours d’une interview d’après-match un peu chaude, mes paroles ont dépassé ma pensée. Je ne voulais ni heurter, ni offenser les gens qui travaillent dans le club d’Evian-Thonon-Gaillard et ses supporters. J’ai beaucoup de respect pour ce club, emmené depuis plus de vingt ans par Pascal Dupraz.