On apprend toujours de ses adversaires. C’est la raison pour laquelle à quelques heures maintenant du match Rennes – ETG en coupe de France, on a joué au petit jeu de l’interview croisée avec Fabrice, du site Rouge Mémoire, qui est un des sites non officiels sur le Stade Rennais. Voici ses réponses à nos questions. Vous pouvez lire mes réponses aux siennes sur Rouge mémoire.

1) Pour bien débuter, peux tu te présenter ?

Fabrice, créateur et webmaster du site ROUGE Mémoire, consacré à l’histoire du Stade Rennais FC depuis 1994 : année de la remontée du club en 1ère division et accessoirement l’année lors de laquelle j’ai commencé à suivre les résultats des Rouge et Noir. Donc depuis 1994, j’assiste à 95% des matchs qui se tiennent au Stade de la Route de Lorient et visionne via la TV ou le web les matchs du club joués à l’extérieur. Je fais quelques déplacements lorsqu’ils sont courts mais Guingamp et Nantes nous font faux-bond donc peu de déplacements ces dernières saisons. Dernier en date étant le Stade de France en 2009 pour une finale qui reste encore en travers de toutes les gorges rennaises. En parallèle des matchs, j’archive beaucoup de statistiques, d’images, d’articles en lien avec le Stade Rennais FC. J’étais assidû aux entraînements de l’équipe première entre 1998 et 2004 mais mes horaires de travail ne me permettent plus aujourd’hui de suivre l’équipe dans son quotidien. Je me contente donc du stage traditionnel de pré-saison à Carnac pour suivre de près l’équipe professionnelle.

2) Ton site s’appelle ROUGE Mémoire, est-ce que le côté historique du club est important pour toi, pour la façon dont tu traites les informations ?

En 2003, je suis devenu rédacteur en chef de « Da’Squad » (stade-rennais.net) un site consacré à l’actualité du SRFC puis j’ai lancé son héritier ROUGE Mémoire en septembre 2011 après 11 mois intensif de travail. Ce site n’a pas pour vocation de faire de l’actualité mais plutôt de constituer humblement une encyclopédie du club sur ces 20 dernières années, les années que j’ai vécu et que je prend plaisir à conter. Du point de vue historique, je connais les heures de gloire de Rennes avec les victoires en Coupe de France en 1965 et 1971 mais les années sportives que j’ai le plaisir de vivre sont les meilleures de l’histoire du club au niveau de la régularité au plus haut-niveau. ROUGE Mémoire accompagne cette montée en puissance du club jusqu’à une victoire significative qui j’espère n’est plus trop lointaine. Sur le site, j’utilise beaucoup les faits passés pour prévoir ceux à venir et avec le Stade Rennais FC, on constate que c’est souvent un éternel recommencement… C’est ainsi que je parle de l’actualité du club principalement sur les réseaux sociaux que je relie au site via différentes widgets.

3) L’ETG est une équipe toute neuve dans le monde du football professionnel français, comment un supporter d’une équipe pro depuis 80 ans voit ce club ?

Au départ, je vois l’ETG comme un club qui monte rapidement comme Sedan, Troyes, Boulogne, Brest ou Grenoble l’ont fait dans un passé plus ou moins récent. Parfois, ces ascensions fulgurantes sont synonymes de rechutes immédiates et parfois synonymes d’une nouvelle équipe qui compte sur la scène nationale. Au départ, je place Evian TG entre ces deux hypothèses. Mais après six mois de compétition, je constate qu’il ne s’agit pas d’un feu de paille. De l’extérieur, on voit d’un côté des investisseurs de renom qui pourraient s’investir davantage si les résultats sportifs suivent. De l’autre côté, je vois un club « champêtre » avec toutes les bonnes valeurs que cela véhicule mais qui joue dans un stade qui n’est même pas situé dans l’une des trois villes que son nom comporte… Au-delà de cela, il y a le personnage Patrick Trotignon qui a bien failli débarquer à Rennes au debut des années 2000. Un personnage qui suscite des interrogations mais qui a des résultats qui plaident pour lui.

4) Si tu devais recruter gratuitement un joueur de l’ETG pour jouer à Rennes, lequel choisirais-tu et pourquoi ?

Daniel Wass et, ce, même s’il n’est pas gratuit ! Je ne crois pas que ce soit le joueur le plus connu de l’ETGFC mais son style de jeu et son match au Stade de la Route de Lorient m’ont conquis. Il m’a surpris ce soir là par son intelligence de déplacement, sa vision du jeu, son activité et un but tout en facilité. Il pourrait être un une bonne recrue pour la saison prochaine. Si Pierre Dréossi nous lit…

5) Lors du match de championnat gagné 3-2 par le Stade Rennais, comment a été perçue l’équipe de l’ETG par rapport à ce que vous en attendiez ?

Les commentaires d’après match ont été contradictoires mais personnellement j’ai trouvé l’ETG bien meilleur que ce que je pensais a priori. Même si Frédéric Antonetti et d’autres ont dit que c’était une équipe regroupée dans son camp, moi j’ai plutôt vu une équipe sérieuse et solidaire qui a joué tous les coups offensifs à fond. Ensuite à (1-2) à la pause, il m’a paru tout à fait logique qu’Evian se regroupe davantage sur la pelouse d’une équipe du Top 5. Même si Andresen a longtemps retardé l’échéance, la réaction rennaise a été récompensée. De plus, ce fut un plaisir de revoir Olivier Sorlin et Cédric Barbosa évoluer au Stade de la Route de Lorient. Au passage, Sorlin est le joueur le plus capé du SRFC depuis la remontée en 1994 avec 223 matchs joués pour les Rouge et Noir. Un joueur de l’ombre mais un monument malgré tout. Quant à Barbosa, son épopée rennaise n’a pas été heureuse avec de sacrés concurrents dans l’entrejeu (Didot, Källström, Gourcuff, Sorlin notamment) et une vilaine blessure. Déception enfin de ne pas avoir revu Jérôme Leroy foulé la pelouse de ses derniers exploits.

6) En certains points, Rennes et Evian-Thonon-Gaillard se ressemblent : identité régionale, poids d’un sponsor… Qu’en penses-tu ?

Je m’intéresse tout particulièrement à la période allant de 1994 à aujourd’hui. Je trouve des points communs entre l’équipe rennaise de l’époque et l’ETG d’aujourd’hui. Avec des briscards comme Sorlin, Poulsen ou Barbosa et des jeunes qui montent comme Mensah, Wass ou Sagbo c’est un peu l’équivalent des Carteron, Denis, Lambert, Wiltord et André de l’époque côte rennais. Le parallèle peut s’affirmer davantage à l’issue de la saison si l’ETG obtient son maintien et que les investisseurs mettent un peu plus la main à la poche à la manière de François Pinault pour ses premières années comme actionnaire majoritaire.

7) Quels conseils un supporter d’une équipe en constante progression pourrait donner à un club qui cherche à se créer une histoire, en commençant par le maintien en Ligue 1 ?

Une chose est sûre, il faut de la continuité dans le choix des hommes pour se maintenir à un bon niveau. Ainsi, le renvoi de Casoni me rappelle un peu ceux de Le Guen ou Gourcuff à Rennes de manière un peu injustifiée. Ces renvois ont considerablement retardés la progression du club. Le danger qui guette l’ETG c’est de vouloir brûler les étapes à coups de changement d’hommes et d’investissements incensés. Il a fallu 5 ans à Pinault pour trouver le bon compromis à Rennes et installer une politique durable autour de Pierre Dréossi et de la confiance accordée au centre de formation. Côté supporters, il faut de la patience car des investissements sur le marché des transferts ne garantissent en rien du spectacle ou de bons résultats. Les victoires se construisent avec un bon vestaire et des séances d’entraînements efficaces.

8) Cédric Barbosa, ancien rennais, est la preuve que même en France les « vieux » peuvent apporter beaucoup à une équipe. A Rennes, quelle est la stratégie en général : faire jouer des jeunes, faire confiance aux anciens… ?

À Rennes, le concept avéré c’est d’avoir un effectif constitué à 50% de joueurs issus du centre de formation (ex : Danzé, Théophile, Kembo, M’Vila, etc.), à 25 % de recrues venues d’en dessous (Kana-Biyik, Boye, Doumbia) qui ont encore tout à prouver avant leur arrivée et pour les 25 % restants de recrues confirmées (Féret, Mangane, Pitroipa, Erding) qui doivent apporter un plus sportivement à court terme. L’alchimie entre ces joueurs est l’objectif de Frédéric Antonetti depuis 3 ans. Il y arrive partiellement mais le club peine au niveau de la régularité dans les résultats et du maintien d’un excellent niveau de jeu sur la longueur d’une saison. La faute à l’inexpérience dit-on.

9) Quelle relation le club du SRFC a-t-elle avec son environnement direct ?

C’est plutôt difficile pour un bloggeur de s’exprimer à ce sujet à Rennes puisqu’il n’existe pas de relations. C’est dommage car, après tout, c’est de la pub qu’on leur fait avec nos sites. Dans l’idéal, ce serait vraiment sympa d’ouvrir les portes du centre d’entrainement une ou deux fois par an aux gens qui parlent du Stade Rennais FC au quotidien via leur blog ou même de partager des droits sur certains médias photos, vidéos ou audios. Mais, les mails et autres courriers semblent tomber aux oubliettes. Pourtant avec Danzé, Pajot ou Mavinga, le club à d’excellents ambassadeurs sur les réseaux sociaux pour se rapprocher des fans. À l’arrivée seulement quelques délicates attentions sont accordés aux supporters comme une vidéo hommage au RCK (kop numero 1 à Rennes) pour ses 20 ans ou une journée ouvertes aux abonnés et à leur famille en septembre. Ça manque un peu de passion et de spontanéité malgré tout…

10) Si tu devais choisir 3 mots/adjectifs pour qualifier l’ETG, lesquels choisirais-tu ?

– Fulgurante : comment l’ascension du club au plus haut-niveau.
– Solidaire : c’est l’impression qui se dégage de cette équipe à chaque fois que je la vois.
– Vilaine : comme cette tunique placardée de sponsors qui s’apparente à un maillot de cycliste amateur (ça n’engage que moi et je ne dis pas par là que le S de « Samsic Propreté » c’est mieux.)

11) Ton pronostic pour ce match de coupe de France ?

Une victoire rennaise avec un match qui ressemblerait plus à un match de championnat que ce « match de coupe » joué – justement – en Ligue 1 cette saison. Après ce match à rebondissements, il y aura une crainte légitime dans les deux camps. Plus l’ouverture du score sera tardive, plus le match sera cadenassé. Pour un pronostic clair, je dirai 2-1 pour Rennes avec des buts de Pajot et Erding contre un but de Wass !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.